Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Goji pour votre Santé
  • Le Goji pour votre Santé
  • : Tout sur le Goji et la Santé. Tout sur la Santé par le Goji.
  • Contact

Plus sur le Goji

Plus d'informations
sur le Goji:


gojisante@gmail.com

Recherche

Bienvenue!

Le Goji est, très certainement, l'un des plus merveilleux Cadeaux offerts, dans la Nature, par le Créateur de Tout. Le présent site a pour fonction de modestement offrir aux chercheurs en quête d'une aide valable pour soutenir leur santé chancelante une information de base sur le goji et ses principaux bienfaits. Au fur et à mesure des nouvelles expérimentations il s'enrichira des nouveaux témoignages fournis par de nouveaux bénéficiaires de cet authentique Don du Ciel et de la Terre!

Archives

29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 08:17

Le Lycium Tibeticum existe-t-il?

Certains sites, qui vendent du Lycium Barbarum, affirment, tout de go,  probablement pour tenter d'éliminer cette possible conccurrence, que le Lycium Tibeticum n'existerait tout simplement pas. Pour justifier cette assertation ils disent que l'on ne trouve pas cette appellation dans la nomenclature officielle scientifique des plantes.

De ce fait, la question est souvent posée par des personnes désirant y voir clair de savoir si oui ou non le Lycium Tibeticum existe?

A ce sujet, l'on peut dire que, s'il est exact que l'appellation "Lycium Tibeticum" n'existe pas encore officiellement dans la Botanique occidentale (une demande d'officialisation de ce nom  latin par l'Institut Tibétain Tanaduk, serait, toutefois, en cours...), - ce qui n'empêche pas un nombre croissant de consommateurs de goji de l'utiliser! -, le produit (le fruit de goji sauvage), lui, existe, cependant, bel et bien, et c'est bien ce qui compte!

En Botanique officielle, il semble être présentement appelé "Lycium Chinensis". Sa composition biochimique semble, toutefois, être assez proche de celle du lycium barbarum, auquel, extérieurement, il ressemble, car il est, en effet, très différent d'un produit provenant de Chine appelé par certains fournisseurs chinois "Lycium Chinense", lequel est nettement plus petit et plus amer que le doux et modérément sucré goji semi-sauvage de Mongolie.

Ce qui importe vraiment, quelle que soit la façon dont on appelle le goji sauvage ou seulement semi-sauvage, est donc de savoir clairement distinguer le goji semi-sauvage (
provenant, au départ, uniquement de Mongolie, car, pendant un temps, paradoxalement, le Tibet, sous contrôle de la Chine, n'exportait pas de "Tibeticum"!) poussant  naturellement en altitude du goji cultivé le plus souvent en plaine avec des méthodes d'agriculture modernes.

En résumé, nous ne savons pas encore si le Lycium Tibeticum va prochainement officiellement exister en tant qu'appellation latine scientifique, mais nous savons que le fruit sauvage populairement  déjà ainsi désigné, lui, existe bel et bien et qu'il est donc possible de s'en procurer (à un coût généralement un peu plus élevé, il est vrai) à ceux qui sont prêts à payer un peu plus cher le prix de l'authenticité.

Rappelons, en effet, à ce sujet, que le Lycium Barbarum cultivé dérive du goji sauvage tibétain. Il est donc facile de comprendre que c'est la plante-mère qui fournit, sans altérations introduites par l'activité humaine,  outre le pouvoir vibratoire (Bio-Activité) le plus puissant (généralement mesuré en unités Bovis), le plus d'intéressantes propriétés naturelles. La Bio-Activité du goji sauvage ou semi-sauvage est, en effet, généralement estimée par les radiesthésistes comme étant de 20% à 30% supérieure à celle du goji cultivé.

Plus que de s'attacher à des appellations il est donc important de s'attacher au produit, quelle que soit la manière, scientifique, culturelle ou populaire, avec laquelle on le désigne. Pour celui qui veut être sûr de trouver le produit le plus bio-actif pour son corps et sa santé, il convient juste de partir - quelque soit son appellation, - scientifique  ou populaire -, en quête du goji le plus sauvage possible.

Ajoutons en cela que - historiquement considéré  - et ce que peut semblent savoir -  le mot "goji" ne désigne, en fait, que le goji sauvage, donc la variété appelée "tibeticum" et non pas la variété cultivée "lycium barbarum", pour laquelle existe, en anglais, le mot "wolfberry" ("baie du loup"?), qui est donc le vrai nom du lycium barbarum, distinct du nom "gojiberry" (baie de goji), lequel nom devrait donc être réservé au goji sauvage du Tibet ou de la Mongolie.

Ce n'est donc que par abus de langage, motivé par des préoccupations appartenant au marketing et non à la science que les "wolfberries" ont été abusivement rebaptisées "gojiberries", ce qui a largement contribué à entretenir la confusion régnant présentement, à ce sujet, dans une large partie du public. En bref, en toute légitimité, le mot de goji devrait être réservé au goji sauvage ou semi-sauvage, ce qui fait que, si cela avait été respecté, il n'aurait pas été nécessaire d'appeler celui-ci "tibeticum" pour le distinguer du goji cultivé  "barbarum" (mot signifiant, du reste, "barbare" et donc "commun") aujourd'hui largement le plus répandu.

A signaler aussi que, du reste, les marchands de Lycium Barbarum n'ont gère de soucis à se faire, car - la ressource n'étant pas illimitée - le Goji Sauvage - surtout le 100% sauvage, qui est devenu très, très rare! - restera - commercialement parlant - un produit marginal, du simple fait  - comme l'on dit - que, selon toute vraisemblance, '"il n'y en a pas pour tout le monde"! De ce fait, la production et la commercialisation artisanales de goji  semi-sauvage en baies  séchées ne peuvent pas vraiment concurrencer le goji "industriel" chinois, notamment beaucoup utilisé pour faire du jus souvent ensuite commercialisé, en particulier en Amérique, de façon très publicitaire, en marketing de réseau.

Là comme toujours, dépend, pour chacun, de bien considérer ses objectifs, autrement dit de savoir ce qu'il cherche. Il est dit "Qui cherche, trouve!" mais il est aussi bien connu que "L'on ne trouve que ce que l'on cherche!".

Partager cet article

commentaires